CENTRAFRIQUE : OLIVIER GABIRAULT RÉAGIT À L'ASSASINAT DE SON NEVEU

108622-155180_1_.jpgM’étant mis à l’écart de la vie politique centrafricaine depuis plus d’un an aujourd’hui, et n’aspirant qu’à vivre en paix loin des tumultes et fébrilités habituelles de la période électorale, j’ai appris avec consternation le lâche et horrible assassinat de mon neveu Augustin KEMBA, sous-officier des Forces Armées Centrafricaines à la retraite et assurant la garde de ma villa.

 

Son cadavre a été jeté devant mon portail, le crâne brisé, le corps poignardé à plusieurs endroits, ayant été ligoté et torturé préalablement.

 

Pour ceux qui connaissent mon parcours politique, ni dans mes écrits, ni dans mes propos, ni avec mes proches relations je n’ai encouragé d’une manière ou d’une autre la violence comme moyen d’accession ou de maintien au pouvoir.

 

J’ose croire que les enquêtes en cours, si elles ne sont pas étouffées comme c’est le cas dans de nombreuses circonstances analogues permettront de fixer l’opinion nationale et internationale sur cet odieux assassinat de sorte que ses commanditaires et exécutants  répondent de leurs actes devant la justice.

 

En effet, en ce début du 3e millénaire, il est inadmissible de replonger le pays dans un cycle de crises aux conséquences imprévisibles qui rappellent les pratiques d’un autre âge, surtout à la veille des consultations électorales.

 

Fait à Paris le 06 septembre 2010

 

Olivier GABIRAULT

Personnalité Politique Indépendante

Partager cette page