LIBREVILLE : UN SOMMET EXTRAORDINAIRE DE LA CEMAC SANS PAUL BIYA

14 Juin 2013 , Rédigé par JOURNAL DU CAMEROUN Publié dans #CENTRAFRIQUE INFOS

1368439432611.jpgLe président du Cameroun a envoyé son Premier Ministre le représenter à cette rencontre au cours de laquelle de grandes décisions sont annoncées

Le sommet extraordinaire des chefs d’Etat de la Communauté Economique et Monétaire d’ Afrique Centrale s’ouvre ce vendredi 14 juin 2013 à Libreville au Gabon et devrait être marqué par la non présence du président camerounais Paul Biya, a-t-on constaté à la lecture d’un communiqué de la présidence camerounaise. Mr Philémon Yang, Premier Ministre Chef du Gouvernement, représentera le Président de la République au sommet extraordinaire des Chefs d'Etat de la Communauté Economique et Monétaire de l'Afrique Centrale (CEMAC). Sommet qui se tiendra les 14 et 15 Juin 2013 à Libreville en république Gabonaise, peut-on lire dans un communiqué signé du Secrétaire Général de la présidence camerounaise. Le communiqué n’explique pas les raisons de cette délégation de responsabilité. Commentant la situation, certains journalistes ont expliqué que le président camerounais ne voudrait pas avoir à échanger avec son homologue de République Centrafricaine. Il est à noter qu’alors que l’ancien président François Bozizé résidait au Cameroun, le gouvernement du nouvel homme fort de Bangui a lancé un mandat d’arrêt international contre lui. À côté de cela, Michel Djotodia s’exprimant sur le sujet avait critiqué le séjour prolongé de son prédécesseur en terre camerounaise, une présence ponctuée par des apparitions médiatiques qui n’étaient pas du tout de son goût. Ces deux faits font dire au journal le Messager que le président Biya serait en train de manifester sa réserve vis-à-vis du nouveau régime de Bangui, même si officiellement la position du Cameroun sur ce dossier n’est pas clairement connue.

A Libreville pourtant devraient se prendre un certain nombre de décisions importantes, ce qui laisse plus interrogateur sur la non présence de Paul Biya à ces assises. Depuis le mois de février qui a été marqué par la reprise des affrontements dans la république centrafricaine avec comme conséquence l’instabilité pour les équipes de la Commission de la CEMAC, la question du lieu d’affectation provisoire du siège reste posée. Deux pays auraient ouvertement manifesté leur volonté d’accueillir la commission, mais le Cameroun jusqu’ici défend l’idée d’une conservation du siège à Bangui. Autre point de discussion à l’ordre du jour la question de la libre circulation avec notamment le Gabon et la guinée Equatoriale. Les deux pays émettent encore et toujours des réserves sur l’ouverture des frontières avec des arguments qui ne risquent pas d’évoluer lors de cette simple rencontre. Le troisième point à l’ordre du jour sera la situation en Centrafrique et la possibilité d’accorder un soutien à ce pays. Là aussi, la position du Cameroun n’est pas connue. Mais les derniers évènements ne laissent pas croire que Yaoundé ouvrira ses caisses pour soutenir le régime actuel à Bangui. À côté des attaques de rebelles à la frontière avec la région de l’est qui a conduit à la mort d’un gendarme camerounais sans aucune réaction du gouvernement de Djotodjia, il y a eu le décès d’un Camerounais dont la mort a été qualifié de meurtre au regard des circonstances, là aussi sans qu’on n’entende une réaction officielle en Centrafrique. L’issue de cette rencontre est fortement attendu avec déjà des spéculations sur une possible localisation de la CEMAC au Cameroun si jamais la poire n’était pas tranchée entre la Guinée Equatoriale et le Gabon.

Partager cet article

Commenter cet article