GESTION PATRIMONIALE DU POUVOIR EN CENTRAFRIQUE : QUAND DJOTODIA FRAPPE TROP TÔT À LA PORTE DU DIABLE

10 Avril 2013 , Rédigé par LA NOUVELLE TRIBUNE Publié dans #CENTRAFRIQUE INFOS

578030 le-chef-rebelle-michel-djotodia-lors-d-une-conferencEn Centrafrique, comme pour rester dans les pas de ses prédécesseurs, le nouveau président Michel Djotodia semble poser déjà les jalons d’une gestion patrimoniale du pouvoir. Et ça grogne déjà au sein de la Séléka.

En Centrafrique, il y a déjà des boudes entre les barons de la Séléka, au pouvoir il y a tout juste deux semaines. Entre autres causes, la nomination par le nouvel homme fort du pays, Michel Djotodia, de quatre membres de sa famille dans le nouveau gouvernement. Certains observateurs font d’ailleurs constater qu’une partie importante des portefeuilles est revenue à des ressortissants de la Vakaga et du Bamingui Bangoran. La Vakaga étant la région d’origine de Michel Djotodia. Le coordonnateur de l’Observatoire National des élections  Fulgence Zeneth, cité dans un article du réseau des journalistes pour les droits de l’homme en République Centrafricaine, fait remarquer que : « Treize sur vingt ministres d’Etat et ministres, sont issus de la Vakaga et du Bamingui Bangoran.»

C’est déjà là le début de la gestion patrimoniale et clanique du pouvoir, qu’on a reproché à ses prédécesseurs, dont le général François Bozizé qu’il a chassé du pouvoir.

Trop tôt un bon élève !

La tradition se perpétuant en Afrique, et l’histoire se répétant de façon cyclique en Centrafrique, depuis que la Séléka s’est emparée du pouvoir, l’on redoutait que son leader et Président de la République autoproclamé, tombe dans les mêmes travers que ses prédécesseurs. Mais l’on ne s’attendait pas à ce qu’il le fasse aussi tôt, quitte à créer, alors même que la rébellion peine à s’affirmer dans sa nouvelle position, les conditions pour que l’histoire se répète et que la tradition revendicative se perpétue.

Les rebelles expliquent la prise des armes par la souffrance de la population, notamment celle du nord, alors que le pays (le nord) regorge d’assez de richesses, dont le pétrole et l’uranium.  On en déduit alors que la mission de la Séléka au pouvoir est de rétablir plus d’équité et de justice dans la redistribution des richesses du pays. Mais, à voir ces premiers pas de Djotodia, l’on est tenté de dire qu’il est lui aussi venu pour enrichir sa famille et son clan. Des actes qui ne sont pas de nature à faire disparaitre les frustrations et les sentiments d’exclusion qui expliquent, en partie, le recours aux armes comme moyen d’alternance à la tête du pays. Ce n’est que le début. Et Djotodia a encore le temps de corriger le tir pour que les mêmes causes ne produisent un jour les mêmes effets. L’histoire étant têtue.

Partager cet article

Commenter cet article