COUR PÉNALE INTERNATIONALE : " JOSEPH KONY SERA ARRÊTÉ OU TUÉ AVANT LE 31 DÉCEMBRE 2012 "

11 Mai 2012 , Rédigé par METRO FRANCE Publié dans #NOUVELLES D'AFRIQUE

monde.jpeg"Le rebelle ougandais Joseph Kony sera arrêté ou tué avant la fin de cette année", a affirmé, ce jeudi, le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) Luis Moreno-Ocampo. Une certitude qu'il a communiqué à des journalistes lors d'une rencontre à La Haye. Précisant que les recherches pour retrouver le chef de l'Armée de résistance du seigneur "s'intensifient".

Joseph Kony est l'un des hommes les plus recherchés au monde. Or, son nom n'était connu que d'une minorité. Il est sorti de l'ombre à l'occasion d'une campagne lancée par l'ONG américaine Invisible Children, pour retrouver et pour capturer cet homme. Le co-fondateur d'Invisible Children, Jason Russel avait mis en ligne une vidéo d'une trentaine de minutes le 5 mars. Dans son combat, l'homme a en effet décidé d'utiliser les réseaux sociaux.

Dès les premières images de sa vidéo il souligne qu'"aujourd’hui, il y a plus de personnes sur Facebook que d’hommes sur notre planète il y a 200 ans." La vidéo a immédiatement provoqué un véritable buzz. Aujourd'hui elle approche les 100 millions de pages vues, selon le procureur. "Nous avons touché une nouvelle génération" grâce à cette vidéo, s'est félicité M. Moreno-Ocampo.

Des mandats d'arrêts pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité
Dès le départ, l'ONG a reçu le soutient d'une vingtaine de "culture makers" comme Mark Zuckerberg, Rihanna ou Lady Gaga, ainsi que de 12 "politic makers" dont Georges W Bush et Bill Clinton. Pour diffuser leur message, Invisible Children a créé des affiches et des flyers utilisant la même présentation que celle d'une campagne présidentielle. L'objectif: faire connaître Kony à tous.

Le président des Etats-Unis, Barack Obama, avait déclaré, le 23 avril, qu'il allait prolonger la mission des membres des forces spéciales américaines. Elles accompagnent les soldats ougandais dans la traque de Joseph Kony.

Joseph Kony est le chef des rebelles de l’Armée de résistance du Seigneur (LRA) depuis 25 ans en Ouganda. Il est accusé d’organiser l’enlèvement de plusieurs dizaines de milliers d’enfants, de réduire les filles en esclavage sexuel, et de forcer les garçons à devenir des enfants soldats forcés de tuer leurs parents. Kony est visé par un mandat d’arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) de la Haye pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité depuis 2005.

Selon le chef d'état-major de l'armée ougandaise, Joseph Kony opèrerait à la frontière en le Soudan et le Soudan du Sud ainsi qu'en République centrafricaine.

Partager cet article

Commenter cet article