Centrafrique : polémique sur le détournement de l'argent du désarmement

24 Février 2010 , Rédigé par Afp Publié dans #CENTRAFRIQUE INFOS

1619042-2175590.jpgLe président centrafricain François Bozizé a accusé des responsables du comité de pilotage du désarmement dans son pays d'avoir détourné des fonds alloués à cette opération, ce qu'a démenti mercredi un des mis en cause, l'ex-chef rebelle Jean-Jacques Demafouth.

AFP - le 24 février 2010, 13h49

Le président centrafricain François Bozizé a accusé des responsables du comité de pilotage du désarmement dans son pays d'avoir détourné des fonds alloués à cette opération, ce qu'a démenti mercredi un des mis en cause, l'ex-chef rebelle Jean-Jacques Demafouth.

"J'ai donné 340 millions de FCFA (plus de 518.000 euros) au comité de pilotage pour la première phase de la campagne de contact et de sensibilisation" sur le désarmement, en cours, "mais Demafouth et les responsables du Comité ont empoché l'argent", a affirmé le président Bozizé dans des déclarations rapportées lundi et mardi par les médias publics.

"Ils ont placé cet argent sur leur compte en banque en Europe. Ils projettent de se lancer dans la course à la présidence contre moi", a ajouté M. Bozizé dont le pays doit organiser cette année une élection présidentielle et des législatives.

La commission électorale a proposé la date du 18 avril pour le premier tour, et le 23 mai pour le second tour, mais ce calendrier n'a pas encore été validé officiellement, a dit à l'AFP un des responsables de cette organisme.

Joint mercredi par téléphone, Jean-Jacques Demafouth, président de l'Armée populaire pour la restauration de la démocratie (APRD, ex-rébellion) et un des vice-présidents du comité de pilotage, a démenti ces accusations.

M. Demafouth, qui se trouvait en France pour une "urgence familiale", a assuré n'avoir "jamais reçu des mains du président de la République une quelconque somme" pour le désarmement.

M. Bozizé "avait fait virer (dans une banque) une somme d'environ 300 millions FCFA (457.000 euros) qui a permis l'organisation de la première campagne de contact et de sensibilisation", a-t-il expliqué.

M. Bozizé "avait fait virer (dans une banque) une somme d'environ 300 millions FCFA (457.000 euros) qui a permis l'organisation de la première campagne de contact et de sensibilisation", montant incluant 60 millions FCFA (près de 92.000 euros) "pour la prise en charge alimentaire de tous les ex-combattants" rebelles, a-t-il expliqué.

"Ce fonds a été géré par le ministre d'Etat à la Communication, Cyriaque Gonda, et moi-même. (...) Les rapports ont été remis au président de la République", a-t-il précisé.

M. Gonda, également vice-président du comité de pilotage, n'était pas disponible pour s'exprimer sur le sujet, a indiqué à l'AFP son entourage.

Le comité de pilotage du programme de démobilisation, désarmement et réintégration (DDR), mis en place en janvier 2009, est présidé par l'ONU et comprend des représentants du gouvernement et des principales ex-rébellions.

L'opération doit permettre notamment de démobiliser quelque 8.000 ex-combattants, d'après l'ONU.

Partager cet article

Commenter cet article