CENTRAFRIQUE : NOUVELLES INQUIÉTUDES SUR LA MÉNACE SÉLÉKA

2 Mars 2013 , Rédigé par AFRIK.COM Publié dans #CENTRAFRIQUE INFOS

bangui-vip-blog-com-234711102 7473Le cantonnement avorté des ex-combattants du Séléka fait monter la tension au sein de la rébellion et crée des inquiétudes à Bangui.

(De notre correspondant)

Alors que l’application des accords de Libreville était en train d’entrer dans sa deuxième phase, c’est-à-dire le cantonnement des combattants sur le terrain, une nouvelle situation de crise se présente.

En une semaine seulement, les rebelles du Séléka ont failli investir la capitale Bangui à deux reprises. Ils ont évoqué comme raisons que le président Bozizé manifeste ostensiblement la volonté de ne pas appliquer les accords signés le 11 janvier 2013 à Libreville.

C’est dans un communiqué signé par le Conseil suprême du Séléka qu’ils ont exprimé leur mécontentement. Selon ce texte, la rébellion « constate avec regret de manière successive que : la composition du gouvernement d’union nationale est contraire à la lettre et l’esprit de Libreville, en ce qui concerne la répartition des postes ministériels par entité. Le réaménagement technique du gouvernement visant la représentativité équitable annoncée par le Premier ministre maître Tiangaye est un vain mot ; les prisonniers politiques qui devraient être libérés croupissent encore dans les prisons privées du général Bozizé ; le général François Bozizé continue de s’approvisionner en armes ; une mission secrète dirigée par son fils Francis Bozizé séjourne en Roumanie en quête de pilotes et des mécaniciens d’hélicoptères de combat ; le ministre de la communication, Monsieur Christophe Gazam-Betty est interdit d’accès aux locaux de la radio nationale sur instruction personnelle du général François Bozizé ; les troupes non communautaires et les mercenaires qu’il a fait massivement fait venir sont déployés à des points stratégiques du pays afin de prendre, soi-disant, nos vaillants combattants de dos … ».

Le communiqué a, en outre, indiqué que fort de tout ce qui précède, un projet de marche sur Bangui a été élaboré et mis en chantier. Chose dite chose faite. Des tentatives de prise de la capitale ont été étouffées par les responsables de la coalition Séléka déjà au sein du gouvernement, notamment le général Daffane ministre des Eaux et Forts et le ministre de la Défense, M. Michel Djotodjia. Tout est parti de l’avortement de la mission du lancement des opérations de cantonnement des ex-combattants du Séléka, annoncé par le général Jean Félix Akaga. Cette situation vient se greffer à la panoplie des points inscrites dans le communiqué susmentionné pour enclencher des mouvements des combattants sur le terrain.

Lundi dernier, dans la matinée, les rebelles du Séléka ont failli investir la capitale Bangui. Il aura fallu l’intervention du général Daffane à Damara, sur la ligne d’interposition de la FOMAC pour convaincre les éléments à regagner leur position initiale au village Vangué (Pk 92 après Damara). Pas plus-tard que le mercredi 27 février dernier, ces éléments se sont agités jusqu’à ce que leurs responsables de Bangui aient pu les convaincre une énième fois de plus.

Ces agitations des éléments du Séléka font planer des inquiétudes à Bangui sur une population suffisamment traumatisée par les spectres de cette longue crise.

Partager cet article

Commenter cet article