CENTRAFRIQUE : BOZIZÉ CRITIQUE LES FORCES DE SÉCURITÉ

9 Mars 2013 , Rédigé par BBC AFRICA Publié dans #CENTRAFRIQUE INFOS

1974252 GEn République centrafricaine, la célébration de la journée internationale a été l'occasion pour le président François Bozizé d'accuser à nouveau, l'armée et la police de trahison pour avoir "abandonné les populations civiles" et en particulier les femmes dans les zones sous contrôle de la rébellion de la Séléka.

Dans son discours en langue nationale, le Sango, à l'occasion de la Journée de la femme, le président s'en est ouvertement pris à l'armée aux policiers.

Sur le même sujet

Centrafrique: accord signé à Libreville

Ceci après avoir fait observer une minute de silence, en mémoire des femmes, "qui ont perdu la vie, qui souffrent la honte dans leur chair, qui errent dans la grande détresse sur leur propre sol dans nos provinces".

"Vous avez abandonné les populations civiles et plus particulièrement les femmes à leur triste sort. Elles errent, accouchent dans la brousse, et sont à la merci des dangers et exactions de toutes sortes", a soutenu le chef de l'Etat à l'attention des forces de l'ordre.

"C'est une trahison...cela n'honore pas l'armée, ça n'honore pas la police", a-t-il poursuivi.

Déjà en décembre dernier alors que les rebelles progressaient vers la capitale, le chef de l'Etat centrafricain avait sévèrement critiqué les Forces armées centrafricaines dans un discours radio-télévisé.

« Si elles étaient disciplinées et remplissaient leur mission correctement, nous n'en serions pas arrivés à la situation actuelle"avait-il dit, accusant l'armée de n'avoir pas "rempli sa mission de protection et de défense".

Le président Bozizé, chef de suprême des armées d'après la constitution a été de 2003 à 2013, ministre de la défense tandis que son fils Jean- Francis en était le ministre délégué.

Depuis la signature de l'accord de paix de Libreville du 11 janvier, c'est le chef de la rébellion de la Séléka, Michel Djotodia qui a pris les rênes de l'armée en tant que ministre de la défense.

Selon cet accord, il a mission de désarmer les rebelles et de poursuivre le chantier de la restructuration des forces armées qui compte environ 7000 soldats.

Partager cet article

Commenter cet article