BANGUI : LES AUTEURS DES EXACTIONS SERONT PUNIS SELON NISOLAS TIANGAYE

8 Mai 2013 , Rédigé par RJDH Publié dans #CENTRAFRIQUE INFOS

des-c3a9lc3a9ments-de-la-sc3a9lc3a9ka-sur-la-route-de-sibut.jpgBangui, 8 mai 2013 (RJDH) – Le chef du gouvernement de transition, Nicolas Tiangaye, a promis  que les exactions commises dans le pays durant la prise de pouvoir par la force par la coalition Séléka ne resteront pas impunies. Une déclaration faite à l’issue d’un point de presse qu’il a tenu ce mercredi 8 mai à Bangui. Le Premier ministre centrafricain a également présenté le bilan de sa précédente mission dont le but est de chercher les fonds afin de sécuriser le pays.

« Les auteurs des exactions ne resteront  pas impunis. Ils doivent répondre de leurs actes devant les instances judiciaires. Celles-ci doivent faire leur travail. Toutefois, il se pose un problème de fonds pour  répondre d’une manière concrète aux victimes de ces  exactions », a-t-il dit.

Nicolas Tiangaye, a présenté aux hommes des médias d’une manière succincte, son déplacement dans les pays voisins, en l’Afrique du sud, au Tchad, en Belgique et à Brazzaville, dont le  but est de « chercher les moyens et la solution à l’insécurité qui perdure en Centrafrique ».

« L’arrivée imminente des troupes de la force multinationale de l’Afrique centrale (FOMAC), en Centrafrique, s’avère important et que le nombre de ces forces soit augmenté à deux mille hommes », a-t-il souligné.

D’après ses propos, tous les chefs d’Etat des pays visités ont accepté les propositions d’aide dans le cadre de la sécurité, de fonds pour un appui d’urgence en vue de relever le pays de crise politico-militaire.  « Il est importunant que le pays sorte de la crise économique et financière »,  a-t-il suggéré.

S’agissant de la relation entre la Centrafrique et l’Afrique du sud, le Premier ministre a précisé que le président sud-africain, Jacob Zuma, a promis d’envoyer un ambassadeur auprès de la République Centrafricaine, en vue de consolider les relations bilatérales entre les deux pays.

Nicolas Tiangaye a mentionné que le nombre des réfugiés centrafricains  dans des pays voisins,  s’élève à 1 500 000 personnes.  Il s’agit des personnes qui ont quitté le pays suite à l’insécurité. « Le gouvernement cherche des moyens pour le rapatriement des fils du pays. Quant à ce qui concerne les matériels entre autres, véhicules, matériels de guerre minutions et l’avion hélicoptère, une mission de restitution est en cours, au Cameroun, au Congo Brazzaville. Un avion grand porteur serait réquisitionné pour le transfère de ces biens », a-t-il expliqué.

Partager cet article

Commenter cet article