CENTRAFRIQUE - INSECURITE : LE RISQUE DU CHAOS

5 Février 2007 , Rédigé par LE POTENTIEL Publié dans #CENTRAFRIQUE INFOS

Centrafrique, la violence dans le nord risque d'embraser le pays

By Pierre Emangongo
Kinshasa

Un responsable de l'Onu a déclaré vendredi à Genève que la flambée de violence dans le Nord centrafricain risque d'embraser la Centrafrique tout entière. Etant donné les imbrications des conflits du Tchad, Soudan et de la Centrafrique, un spécialiste des questions africaines des Relations internationales préconise la tenue d'une conférence regroupant les dirigeants et rebelles de trois pays précités afin d'asseoir une paix durable dans la région de l'Afrique centrale.

La violence qui fait rage dans le nord de la République Centrafricaine (RCA), alimentée en partie par des combattants venant du Soudan et du Tchad voisins, menace de plonger le pays entier dans le chaos, a déclaré vendredi à Genève un responsable de l'Onu cité par l'AFP. Les prochains mois seront critiques pour la situation humanitaire, a averti le coordinateur de l'aide humanitaire de l'Onu en RCA, Toby Lanzer, au lendemain du lancement d'un appel des Nations unies pour lever 50 millions de dollars d'aide pour le pays.

«La République Centrafricaine est réellement sur la bonne voie», a estimé M. Lanzer lors d'une conférence de presse, citant la croissance économique du pays, les revenus de l'exploitation des mines d'or et la reprise du paiement de la dette. «Mais cette tension dans le nord, due à des facteurs internes mais alimentée dans une large mesure par des conditions extérieures est très déstabilisatrice, non seulement pour la RCA. Elle est en train de rapidement déstabiliser toute la région», a-t-il ajouté.

UNE CONFERENCE TRIPARTITE

A serrer l'analyse de plus près, les conflits du Chad, dde la RCA et du Soudan s'imbriquent d'une manière générale les uns pour les autres. Ce qui nécessite, d'après un spécialistes des questions africaines des Relations Internationales, une conférence tripartites regroupant les rebelles et les dirigeants de trois pays précités afin d'asseoir une paix durable dans la région de l'Afrique centrale.

Les combats entre rebelles et forces gouvernementales entraînent le quart de la population de RCA, soit près d'un million de personnes, «dans une succession de vagues de violence sans précédent» similaires à celles qui submergent la région du Darfour (ouest du Darfour). Plus de 100 villages ont été incendiés par des combattants de différentes factions au cours des deux derniers mois en RCA où 250.000 personnes se sont jetées sur les routes pour fuir les violences. 70.000 autres personnes ont traversé la frontière pour se réfugier au Tchad. Environ une femme sur trois - «des dizaines de milliers» - ont été violées dans le nord du pays, selon une enquête citée par M. Lanzer. «Dans le cas du nord-est (de la RCA), les groupes armés venaient du Soudan... Cela ne signifie pas que le gouvernement soudanais est impliqué, mais il y au moins un lien géographique», a-t-il dit. Dans le nord-ouest, ce seraient des pillards venus du Tchad qui commettraient des exactions. «Nous sommes confrontés à une crise tout le long de la frontière avec le Tchad», a ajouté M. Lanzer. Mercredi, un travailleur humanitaire avait averti de l'imminence d'un désastre humanitaire dans le nord-ouest de la Centrafrique.



Copyright © 2007 Le Potentiel. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com).

Partager cet article

Commenter cet article