CENTRAFRIQUE - RECONCILATON NATIONALE : L'OPPOSITION POLITIQUE DENONCE LES CONDITIONS DU DIALOGUE

4 Février 2007 , Rédigé par acap Publié dans #CENTRAFRIQUE INFOS

 L'Union des Forces Vives de la Nation récuse le choix du pasteur Isaac Zokoé

Bangui, 3 fév. (ACAP)- Les partis politiques et Association politiques d'opposition regroupés au sein de l'Union des Forces Vives de la Nation (Ufvn), ont récusé au cours d'un point de presse, samedi 3 février 2007 à Bangui, le choix du Révérend Pasteur Isaac Zokoé, Président du Groupe des sages, pour mener les contacts préliminaires à un dialogue politique en Centrafrique.

« L'UFVN tient pour responsable le Président de la République de ce qui adviendrait de l'échec du dialogue politique tripartite [opposition politique, opposition armée et le pouvoir public] tant souhaité par le peuple centrafricain et la communauté internationale toute entière », a prévenu Me Henri Pouzère, le coordonnateur de l'Ufvn.

Me Henri Pouzère a déploré le fait que le Président de la République « n'ait pu prendre un décret instituant un comité préparatoire au dialogue politique disposant d'une autonomie financière et d'actions à l'effet de rendre les consultations plus crédibles et impartiales ».

Commentant l'accord signé la veille par le gouvernement et le chef rebelle Abdoulaye Miskine, il a fustigé le pasteur Issac Zokoé, accusé d'être « passé de sa fonction de coursier pour devenir un diplomate négociant des accords entre le Président François Bozizé et les rebelles à Syrte, en Libye »

Maître Pouzère s'est toutefois gardé de rejeté l'accord, indiquant que « la teneur de l'accord sera reversé au dialogue », qui, selon lui, « est fondamentalement politique, beaucoup plus restrictif quant à sa composition et les objectifs ne sont pas les mêmes que celui du Dialogue National d'octobre et novembre 2003 ».

Ce point de presse de l'Ufvn intervient au lendemain de l'accord de Syrte, en Libye, entre le gouvernement centrafricain, Abdoulaye Miskine du Front Démocratique du Peuple centrafricain (Fdpc) et André Ringui Le Gaillard, ancien ministre sous le régime Patassé et porte-parole de l'Armée pour la restauration de la démocratie (Aprd).
Samedi 03 Février 2007 - 15:45
Sébastien Lamba/ACAP

Partager cet article

Commenter cet article