"C’est par le dialogue qu'on peut régler les conflits en Afrique " ABDELWAHEB ABDALLAH, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES DE LA TUNISIE

10 Janvier 2007 , Rédigé par sud quotidien Publié dans #NOUVELLES D'AFRIQUE

ABDELWAHEB ABDALLAH, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES DE LA TUNISIE: «C’est par le dialogue qu'on peut régler les conflits en Afrique »
(Sud Quotidien 10/01/2007)

"L’Union Africaine (Ua) devrait nécessairement renforcer le dialogue en son sein pour régler les conflits qui perdurent depuis des décennies et qui affectent souvent les relations pacifiques entre certains pays africains ". Cette assertion est de AbdelWahab Abdallah, ministre des Affaires étrangères de la Tunisie qui s’adressait à la presse à l’issue de sa visite au Sénégal où de nouveaux accords de partenariat ont été signés entre les deux pays. Selon le ministre tunisien, beaucoup de similitude rapprochent les deux pays. Il pense que leur philosophie de paix et de dialogue doit prévaloir au niveau continental, voire mondial.

Les ministres tunisien et sénégalais des Affaires étrangères ont signé le 29 décembre dernier en présence des diplomates, hommes d’affaires et représentants de leurs gouvernements respectifs, le renforcement des relations entre les deux Etats. Des relations qui ont été étendues à plusieurs domaines notamment, dans les secteurs de l'artisanat, l'éducation, la culture, la formation professionnelle, le commerce etc.

À l’issue de cette cérémonie, Abdelwahab Abdallah ministre des Affaires étrangères de la Tunisie, se prononçant sur les zones de conflit en Afrique a déclaré que "la première chose à laquelle l’Union Africaine doit s’attaquer pour mettre fin aux conflits est d’en éliminer les causes". Le responsable de la diplomatie tunisienne pense ainsi qu’"il faut résoudre les conflits en Afrique par le dialogue et de façon pacifique" avant d'ajouter qu’il faudrait éviter la violence et la guerre pour un règlement définitif des pays africains en crise.

Revenant sur les priorités de leurs relations entre la Tunisie et les pays d’Afrique au sud du Sahara, le plénipotentiaire a jugé que c’est d’abord sur le plan bilatéral qu’il faut renforcer et diversifier la coopération afin qu’elle soit profitable à tous. Quant au niveau continental, la Tunisie se retrouve mieux avec la plupart des pays de l’Afrique francophone du fait qu'ils lui sont plus proches géographiquement et linguistiquement, a-t-il poursuivi.

Évoquant la francophonie comme cadre de résolution des conflits, le ministre des affaires étrangères pense que cette organisation est un moyen de rapprochement entre les peuples d’Afrique. C’est ainsi selon M. Abdallah, la nomination du président Abdou Diouf comme secrétaire général aura permis de hâter la recherche de solution pacifique partout à travers le monde et particulièrement entre pays africains.

Concernant les relations avec le Sénégal, le ministre a soutenu que leurs diplomaties restent très proche du fait de leur convergence dans plusieurs domaines. Car ce sont deux pays panafricains qui prônent la paix, le dialogue entre les civilisations, et la coopération dans le respect de la légalité internationale. Leurs deux peuples sont ouverts et tolérants a-t-il ajouté.

Après avoir analysé, par ailleurs, les relations excellentes entre la Tunisie et les Etats du Maghreb, le ministre a laissé entendre que son pays fait partie du groupe 5 plus 5 de l’euro méditerranéen. La Tunisie est très active au sein du forum euro méditerranéen et le ministre a rappelé l’accord d’association qui le lie à l’Europe et qui date de plus de 10 ans. Abdelwahab Abdallah est également revenu sur les conflits en Irak et au Proche-Orient en qualifiant la situation de ces pays d’extrêmement complexe et douloureuse. Il a fait remarquer que la Tunisie a toujours été discrète dans sa diplomatie pour résoudre ces problèmes et va continuer les démarches dans ce sens pour que la paix revienne au Moyen-Orient. Il a souhaité enfin que l’Irak recouvre sa liberté, sa stabilité économique et sa cohésion politique de façon à se consacrer désormais à la reconstruction du pays.

Cheikh T. MBENGUE

 

© Copyright Sud Quotidien

Partager cet article

Commenter cet article