CENTRAFRIQUE - PARLEMENT : LES DEPUTES DISENT OUI AU PROJET DE LOI DES FINANCES 2007

22 Décembre 2006 , Rédigé par A.F.P Publié dans #CENTRAFRIQUE INFOS

Les députés adoptent le projet de loi de finances 2007 

L'Assemblée nationale centrafricaine a adopté vendredi le projet de loi de finances pour l'année 2007, d'un montant de 136,7 milliards de francs CFA (208,3 millions d'euros), en légère hausse par rapport à celui de l'année précédente, a annoncé la radio nationale.
Voté à une très large majorité de 90 voix pour, 1 contre et 4 abstentions, ce budget table sur des recettes de 125 milliards de francs CFA (environ 190 millions d'euros) et présente donc un déficit de 11 milliards de francs CFA.
Selon le ministre centrafricain délégué aux Finances Nicolas Nganzé Doukou, qui a défendu le texte devant les députés, ce projet satisfait "les exigences des principaux bailleurs de fonds" du pays.
Il est fondé sur "un cadre macroéconomique caractérisé ces deux dernières années par une reprise économique, quoique timide", a précisé M. Nganzé Doukou lors du débat qui a précédé le vote.
L'Etat centrafricain traverse depuis de longues années une grave crise financière, alimentée par deux décennies de troubles politico-militaires, qui l'empêche notamment de payer régulièrement ses 20.000 fonctionnaires.
Sous perfusion financière constante de la France, son principal soutien, le pays dirigé depuis le coup d'Etat de 2003 par le général François Bozizé vient de bénéficier du réengagement de la Banque mondiale (BM) qui, comme les autres bailleurs de fonds internationaux, lui avait suspendu son aide depuis 2002 pour défaut de paiement.
Il souhaite désormais bénéficier de l'initiative Pays pauvres très endettés (PPTE), synonyme d'allègement de sa dette publique.
Copyright © 2005 AFP. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) (dépêches, logo) sont protégées pas des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune des informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations."

Partager cet article

Commenter cet article