CENTRAFRIQUE/FRANCE - AIDE BUDGETAIRE : 1.5 MILLIONS D'EUROS POUR LES ARRIERES DE SALAIRE ET LA FILIERE COTON

18 Décembre 2006 , Rédigé par A.F.P Publié dans #ECONOMIE

 Aide budgétaire d'environ 984 millions de francs CFA de la France à la Centrafrique dont les deux tiers sont destinés au paiement d'arriérés des bas salaires de la Fonction publique

BANGUI, 16 déc 2006 - La France a accordé au gouvernement centrafricain une aide budgétaire de 1,5 million d'euros dont les deux tiers sont destinés au paiement d'arriérés des bas salaires de la Fonction publique, a annoncé vendredi soir la radio nationale. Un million d'euros serviront au paiement des arriérés de salaires des fonctionnaires gagnant moins de 83.200 francs CFA (127 euros) par mois et 500.000 euros financeront la contribution de l'Etat au secteur cotonnier.

 "Cette nouvelle aide budgétaire (...) est un nouveau signe de l'appui de la France aux efforts déployés par la RCA pour entrer dans l'initiative PPTE (Pays pauvres très endettés)" du Fonds monétaire international (FMI), a déclaré l'ambassadeur de France à Bangui, Alain Girma. L'économie centrafricaine est sinistrée par des années de crises politico-militaires et de mauvaise gestion. L'Etat centrafricain, confronté à une grave crise financière, peine à payer ses fonctionnaires à échéance. La France a récemment accordé à Bangui un crédit-relais pour lui permettre d'apurer ses dettes vis-à-vis de la Banque mondiale, conduisant l'institution à se réengager en Centrafrique, puis une aide exceptionnelle d'un million d'euros, destinée à apurer ses arriérés vis-à-vis de la Banque africaine de développement (BAD).

La Centrafrique a bénéficié début 2006 d'un crédit de 10,2 millions de dollars du FMI au titre de l'aide d'urgence aux pays sortant d'un conflit et souhaite accéder à la Facilité pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance (FRPC) et à l'initiative PPTE. En décembre, Paris a aidé militairement l'armée centrafricaine à reconquérir plusieurs localités du nord-est du pays tombées aux mains d'une rébellion en novembre

Partager cet article

Commenter cet article