CENTRAFRIQUE - REBELLION : LA VILLE DE BRIA MENACEE

16 Novembre 2006 , Rédigé par AFIQUE CENTRALE INFO Publié dans #CENTRAFRIQUE INFOS

Les rebelles avancent vers Bria

 

Plusieurs milliers de personnes ont fui ces derniers jours la ville centrafricaine de Bria, à 600 km au nord-est de Bangui, face à l'avancée des rebelles, selon des organisations humanitaires qui se sont rendues sur place.
 
"Cinq à dix mille personnes ont déjà quitté Bria pour se réfugier dans les villes environnantes ou à Bangui", a affirmé mercredi soir à Bangui le coordonnateur des agences des Nations unies en Centrafrique Toby Lanzer.
 
"Malgré les informations persistantes au sujet d'une attaque possible de la ville, les structures socio-administratives fonctionnent normalement et la population continue de vaquer à ses occupations", a-t-il ajouté.
 
"Même le marché central de Bria est ouvert", a-t-il poursuivi, notant toutefois la rareté de certains produits comme la viande de boeuf.
 
M. Lanzer s'exprimait au retour d'une mission d'une journée à Bria, ville minière d'environ 45.000 habitants dans une zone riche en diamants, par plusieurs agences de l'Onu et des représentants de l'Union européenne (UE), du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et de Médecins sans frontières (MSF).
 
La mission devait permettre d'évaluer la situation à Bria où des renforts de l'armée centrafricaine ont été acheminés avec l'aide logistique de la France pour contrer l'avancée rebelle de l'Union des forces démocratiques pour le rassemblement (UFDR).
 
La rébellion, qui occupe depuis le 30 octobre la ville de Birao, à plus de 300 km au nord de Bria, a ensuite avancé vers le sud-ouest en prenant la localité d'Ouadda Djallé puis en traversant celle de Sam Ouandja.
 
Cette avancée à fait courir à Bria la rumeur d'une attaque rebelle imminente.
 
Selon M. Lanzer, les responsables administratifs de Bria ont signalé à la mission humanitaire "la présence dans leur ville de personnes déplacées venues des villes occupées par les rebelles". Il n'a pas été en mesure de préciser leur nombre.
 
Les organisations humanitaires ont prévu de retourner la semaine prochaine à Bria, préfecture de la région de la Haute-Kotto.
 
Une autre mission de l'ONU est attendue dans la région dans les prochains jours pour évaluer la situation à la frontière du Soudan avec le Tchad et la Centrafrique, ainsi que les besoins de la population.
 
Face à l'avancée de la rébellion centrafricaine, aux percées récentes des rebelles tchadiens et aux violences entre communautés qui viennent d'éclater dans l'est du Tchad, la communauté internationale redoute un débordement du conflit en cours depuis 2003 au Darfour soudanais voisin.

Partager cet article

Commenter cet article