Omar Bongo : Le Continent africain fait ses ultimes adieux

17 Juin 2009 , Rédigé par Le Matin Publié dans #NOUVELLES D'AFRIQUE

Le peuple gabonais et le Continent africain ont fait, mardi, leurs ultimes adieux, à feu le Président, Haj Omar Bongo Ondimba, décédé le 8 juin dans un hôpital de Barcelone à l'âge de 73 ans.

Une quinzaine de chefs d'Etat et de gouvernement ont pris part aux obsèques officielles du Président défunt, organisées, mardi à Libreville.

S.M. le Roi Mohammed VI a été représenté à ces obsèques par SAR le Prince Moulay Rachid, accompagné de SA le Prince Moulay Ismaïl.

Au début de cette cérémonie, les chefs d'Etat et de gouvernement étrangers ont déposé des gerbes de fleurs devant le cercueil du Président défunt et signé le registre des condoléances ouvert à cette occasion.

Des prières ont été dites à la mémoire du Président défunt et des oraisons funèbres prononcées par le Premier ministre gabonais, le président de l'assemblée nationale et le ministre de la défense et fils du président défunt, Ali Bongo qui ont exalté les hautes qualités de feu Haj Omar Bongo et les services louables qu'il a rendus à son pays et au continent africain.

Un hommage solennel a été rendu par les personnalités nationales et étrangères au cours de cette cérémonie, témoignant de la stature du défunt sur la scène continentale et internationale et du respect dont il jouissait auprès de ses pairs, eu égard notamment à la grande sagesse et la perspicacité du défunt Président, lesquelles qualités lui ont permis d'assurer le développement de son pays, et de contribuer à la sécurité et la stabilité du Continent africain.

En effet, durant les quarante et une années passées à la magistrature suprême de son pays, feu Haj Omar Bongo a été l'un des grands sages du Continent noir, son pays n'a cessé d'accueillir de nombreux émissaires et personnalités politiques sollicitant ses conseils et son intermédiation pour la résolution de conflits ou de différends qu'il parvenait à résoudre, comme cela a été le cas dans le processus de paix en république Centrafricaine.

Dans ces missions de bons offices, le Président défunt a, également, brillé par sa sagesse dans la conclusion des accords de paix au Congo Brazzaville en 1999 qui ont permis de venir à bout de la guerre civile qui sévissait dans ce pays. Feu Haj Omar Bongo a également eu un rôle de premier plan dans la résolution du conflit tchadien.

Albert-Bernard Bongo est né le 30 décembre 1935 dans une famille de paysans à Liwaï, dans le sud-est du Gabon. Converti à l'Islam en 1973, il est rebaptisé Haj Omar Bongo. En 2003, il ajoute le patronyme de son père à son nom pour devenir Haj Omar Ondimba.

A l'annonce de son décès, le 8 juin, des chefs d'Etat et hautes personnalités internationales ont été unanimes à souligner que sa disparition constitue une grande perte pour le Gabon et pour le Continent africain dans on ensemble, en particulier eu égard à sa stature de grand Chef d'Etat qui a consacré sa vie au service de son pays, de son développement et de sa prospérité, et qui s'est dédié, avec loyauté, à la défense des causes justes, mu en cela par les idéaux de paix et de stabilité dans le continent africain et dans le monde.

Partager cet article

Commenter cet article