DÉCLARATION 04/CPR/10/15 CONDAMNANT LA MONTÉE DANGEREUSE DE LA VIOLENCE INTERCOMMUNAUTAIRE EN CENTRAFRIQUE ET APPELANT LES CANDIDATS À L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE À SE REUNIR

3 Novembre 2015 , Rédigé par EMMANUEL OLIVIER GABIRAULT Publié dans #LE CANDIDAT, #GABIRAULT, #COMMUNIQUÉS

DÉCLARATION 04/CPR/10/15 CONDAMNANT LA MONTÉE DANGEREUSE DE LA VIOLENCE INTERCOMMUNAUTAIRE EN CENTRAFRIQUE ET APPELANT LES CANDIDATS À L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE À SE REUNIR

La première vertu de tout pays est la sécurité, qui est elle-même la base de toutes les libertés. L'une des principales missions du gouvernement de transition en place est la sécurisation du pays.


Par ailleurs, l'une des tâches prioritaires de la MINUSCA (Mission intégrée multidimensionnelle de stabilisation des Nations Unies en République Centrafricaine) est la protection de la population civile du risque d'atteinte à l'intégrité physique, notamment en organisant activement des patrouilles et la sécurisation du pays (résolution 2149/2014 du 10 avril 2014).


Or, le constat actuel est que la violence se généralise dans la ville de BANGUI, indépendamment de l’arrière pays, ce qui fait craindre un embrasement de nature à créer un conflit intercommunautaire, autrement dit, un conflit qui opposerait musulmans et chrétiens, un objectif recherché jusqu'ici par des hommes politiques inciviques, tapis dans l'ombre ainsi que certaines mains invisibles dont les intérêts ne sont pas ceux des Centrafricains.
Cet imbroglio est très dangereux pour la cohésion sociale, la reconstruction et la refondation de la nation.


Paradoxalement, au lieu d'annoncer des mesures sécuritaires pour faire face à la dégradation accélérée du climat social susceptible de compromettre le bon déroulement des élections fixées péremptoirement le 13 décembre 2015, le gouvernement procède à un remaniement sans aucune finalité visible.


Les douloureux crimes et violences qui se succèdent actuellement à BANGUI n'étaient pas imprévisibles. Il est très clair que la prévention qui devait atténuer le risque de survenance de ces violences a notoirement fait défaut. La sécurité et la défense sont les clés de voûte de la transition en cours et les dirigeants ne devraient pas perdre de vue qu'elles nécessitent des approches innovantes adaptées aux réalités centrafricaines du moment.


Le Forum de Bangui, caporalisé de bout en bout juste pour la reconduction de la transition a laissé des problèmes entiers dont les conséquences rejaillissent seulement quatre mois après sa tenue. C'est le résultat de la division organisée au sein de la société centrafricaine, du refus d'écouter les avertissements écrits de ceux qui ont une opinion différente, rejetés et taxés de donneurs de leçons.
La recherche effrénée du satisfecit personnel et de la glorification a toujours porté d'énormes préjudices à la nation car aveuglant ses dirigeants.


A la suite des évènements du 26 septembre 2015, les consultations organisées par la Présidente de Transition devraient s'étendre sans distinction à toutes les forces vives de la nation de manière à lui permettre d'écouter également ceux qui ont une opinion différentes afin de corriger les graves manquements du Forum de BANGUI dont les conséquences se manifestent par les soubresauts en cours.


Le musellement des forces vives de la nation lors du forum national de Bangui, ce qui les a empêchées de désarmer leurs coeurs se poursuit à travers la censure, la sanction de la presse privée indépendante et même de la radio Centrafrique, pourtant publique.
Les Centrafricains ont toujours su élaborer des solutions au problème du pays, même si leur application a toujours fait défaut. Or, ces deux occasions n’ont malheureusement pas permis de remettre la transition sur le bon rail.


En ce qui concerne la MINUSCA qui dispose d'une branche policière et d'une branche militaire, elle doit appliquer la résolution 2149 du conseil de sécurité et être renforcée considérablement en hommes et matériel pour désarmer les troupes rebelles, les porteurs illégaux d'armes de guerre et faire face aux diverses menaces pesant sur la population civile dont la protection est définie par l'acte cité ci-dessus.


En effet, il est primordial que la communauté internationale ne perde pas de vue que l’effondrement de la République Centrafricaine donnerait lieu à l'implantation de nouveaux réseaux criminels dans le pays et déstabiliserait toute la région.


La communauté internationale doit pour cela tout mettre en œuvre pour faire cesser les violences intercommunautaires actuelles car rien n'est aussi troublant pour la population centrafricaine qui pense largement aujourd'hui que les troupes internationales venues officiellement à son secours pour la protéger, seraient inactives et complices de sa souffrance interminable.




La situation de la République Centrafricaine est très grave à l'heure actuelle et tout centrafricain aimant réellement son pays, ou aspirant de surcroit à le diriger, ne doit pas croiser les bras, garder le silence pour attendre tranquillement les élections.


Aussi, j'adresse encore un appel citoyen à tous les candidats à l'élection présidentielle afin de se réunir très rapidement (sous la direction d’une personnalité neutre) pour réfléchir sur l'effondrement à petit feu de la République Centrafricaine.


Nous devons nous réunir pour dégager des solutions urgentes afin de sauver notre patrie, en danger.


N’attendons pas tranquillement les élections pendant que nos compatriotes souffrent.


Notre adversité dans le cadre de l’élection présidentielle ne doit pas nous faire oublier ce qui est supérieur à ce qui nous différencie et qui nous unit aussi : « notre
patrie »


Tout en condamnant très fermement les crimes et violences depuis les évènements du 26 septembre 2015, ceux actuellement en cours ainsi que l'absence d'écoute et la passivité des autorités de transition, j'adresse mes vives condoléances à toutes les familles endeuillées Centrafrique à la suite des ces violences..

Fait à Paris le 31 octobre 2015.

Emmanuel Olivier GABIRAULT

Partager cet article

Commenter cet article

COMPATRIOTE 04/11/2015 13:02

BONNE INITIATIVE MONSIEUR GABIRAULT BIEN CLAIVOYANT SI TOUS LES CANDIDATS AUX PRESIDENTIELLES POUVAIENT S UNIR POUR REFLECHIR COMME UNE SEULE AME POUR SORTIR DE L IMPASSE PERPETUELLE MERCI

COMPATRIOTE 04/11/2015 12:58

NOUS SOUHAITONS UNE ASSISE DE TOUS LES CANDIDATS AUX ELECTIONS PRESIDENTIELLES UNIES POUR SAUVER LA RCA POUR LA RESTAURATION DE LA PAIX ET DES ELECTIONS APAISEES