Des femmes centrafricaines réclament la levée de l’embargo et la réhabilitation des FACA

26 Août 2015 , Rédigé par RJDH.ORG Publié dans #CENTRAFRIQUE INFOS

Des femmes centrafricaines réclament la levée de l’embargo et la réhabilitation des FACA

Un groupe de femme centrafricaines ont fait un sit-in ce matin devant le siège de la Minusca. A travers cette manifestation, elles voulaient revendiquer la levée de l’embargo sur les armes et la réhabilitation des Forces armées centrafricaines (FACA).

Des femmes Centrafricaines contre les violences@rjdh

Elles sont plus d’une centaine, venues des quatre coins de Bangui et des différentes organisations syndicales et associatives des femmes, à prouver leur mécontentement ce 26 août devant le siège de la Minusca à Bangui. Elles ont pris d’assaut dés 11 heures du matin, l’entrée principale de la représentation onusienne présente dans le pays, pour dénoncer les violences, revendiquer la levée de l’embargo sur les armes et la réhabilitation des Forces Armées Centrafricaines.

Sur des pancartes que tiennent les manifestantes on peut lire « Trop c’est trop » ou encore le message principale qui est « Vous qui êtes femmes, au secours ». « Nous sommes réunies ici devant la Minusca pour rencontrer l’experte des Nations Unis en charge de la commission des sanctions qui est arrivée hier, afin de lui remettre un mémorandum qui réclame la levée de l’embargo et la réhabilitation des forces de défenses et de sécurité ».

Qualifiée d’action pacifique par elles-mêmes, une poignée des manifestantes a pu déposer au cabinet du Représentant de la Minusca, ledit mémorandum.

« Nous avons été félicitées par le chef de cabinet du Représentant de la Minusca parce que notre action est pacifique. Elle est loin de ce que font habituellement les autres, avec des tapages et autres débordements. Mais il nous a assuré que nos revendications seront soumises à des processus et que qu’au moment venu, la Minusca aura besoin de nous », a dit la secrétaire générale de ce groupe de femmes, constitué pour la circonstance.

Ces femmes viennent pour la plupart du G23, une organisation regroupant vingt trois associations féminines et également de l’association des femmes militaires.

Partager cet article

Commenter cet article